Espace Presse

Pour toute demande presse concernant l'IUCT Oncopole :

Valérie Flipo (ICR) : 05 31 15 50 07
Dominique Soulié (CHU) : 05 61 77 87 06


Les actualités Les actualités

Retour

L’IUCT Oncopole : le plus haut niveau de certification pour sa recherche clinique et sa biostatistique


Le plus haut niveau de certification pour la recherche clinique et la biostatistique

Management des essais cliniques en cancérologie : le leadership de l’IUCT Oncopole réaffirmé en 2017. L’établissement  décroche la norme ISO 9001:2015 avec un périmètre étendu à sa plateforme de biostatistique. C’est la première fois qu’un établissement en France obtient cette reconnaissance d’expertise.   


Depuis plusieurs années, l’IUCT Oncopole poursuit une démarche continue de certification pour le management des essais cliniques en cancérologie. L’objectif est d’assurer la plus grande sécurité et qualité des soins et de décrocher de nouveaux partenariats pour promouvoir des molécules innovantes. La démarche porte ses fruits. En 2016, le bureau des essais cliniques (BEC) a mené plus de 182 essais cliniques, soit une hausse de 12% par rapport à l’année précédente. 1097 patients ont bénéficié d’un traitement innovant, soit une hausse de 30%. En vue du renouvellement de sa certification ISO 9001:2015, le BEC a choisi d’élargir le champ de l’évaluation en intégrant les activités de sa plateforme de biostatistique en matière de recherche translationnelle et de recherche en méthodologie. L’ensemble du périmètre a obtenu la certification, une première en France.

La plateforme de biostatistique a mené 42 projets de recherche translationnelle en 2016
« La certification ISO 9001:2015 vient récompenser 10 ans de travail, se réjouit Thomas Filleron, chef de la plateforme biostatistique et méthodologie. Aujourd’hui, nous formons une équipe de 7 biostatisticiens qui monte en puissance. Les chercheurs et cliniciens font de plus en plus appel à nous ». En 2016, l’équipe a porté 42 projets translationnels, soit deux fois plus qu’en 2015. Un bond facilité par la nature du site toulousain : un hôpital, l’IUCT Oncopole, relié à un centre de recherche, le CRCT. « Le translationnel se co-construit entre médecins et chercheurs. La proximité de ces deux profils, favorise le montage de ce type d’études, surtout en prospectif » explique Muriel Poublanc, responsable du BEC. Les essais cliniques en immunothérapie ont été dès le départ couplés à des projets translationnels notamment pour identifier les mécanismes expliquant la réponse thérapeutique à ces nouveaux traitements.


Muriel Poublanc et Thomas Filleron


La recherche méthodologique au service des médecins
Autre pan d’activité de la biostatistique : la méthodologie. A la manière de l’économétrie pour l’économie, les biostatisticiens conçoivent et développent des méthodologies pour répondre aux problématiques des cliniciens. Cette démarche permet d’adapter les méthodes et outils d’évaluation, voire de mettre au point des modèles originaux pour certaines disciplines. Bastien Cabarrou, biostatisticien, a proposé un schéma inédit pour la conduite des essais de phase II en oncogériatrie, un domaine encore peu développé (voir encadré ci-dessous). Thomas Filleron vient de mettre au point une modélisation permettant d’évaluer au cours du temps la toxicité des thérapies ciblées. Autre application, la surveillance post-thérapeutique : l’équipe a créé une méthodologie statistique permettant de proposer aux patients un suivi post-traitement personnalisé.

 

Elargir l’offre de recherche clinique aux patients âgés

Bastien Cabarrou a remporté le « Prix Michel Héry pour un étude présentée dans un congrès national ou international », à l'occasion du 6e Monaco Age Oncologie qui s'est tenu les 9 et 10 mars. Ce prix récompense sa participation au dernier congrès mondial d’Oncogériatrie SIOG (International Society  of Geriatric Oncology), durant lequel il a exposé ses résultats de thèse. Sur quoi portent-ils ? La mise au point d’une méthodologie inédite pour la conduite des essais cliniques de phase II en oncogériatrie. Ce modèle prend en compte l’hétérogénéité des patients âgés. Si certains patients bénéficient d’un bon capital santé/qualité de vie, d’autres plus fragiles peuvent souffrir de plusieurs pathologies chroniques, avoir perdu leur autonomie, être face à des changements familiaux, émotionnels et socio-économiques majeurs. Une méthodologie propre à ces spécificités permet de concevoir et proposer des essais cliniques adaptés aux sujets âgés. Ce à quoi va s’atteler le BEC et l’équipe d’oncogériatrie pour les années à venir. Les besoins sont de taille : un tiers des patients de cancérologie ont plus de 70 ans.

 

Les certifications du BEC

  • ISO 9001:2008  (février 2013)
  • Partenariat UNICANCER et Roche, avec l’expertise de l’IUCT-O, pour la certification ISO de tous les CLCC.
  • ISO 9001:2015  (mars 2016)
  • ISO 9001:2015 (mars 2017) dont la biostatistique


Labellisation INCa

  • CLIPP (depuis novembre 2010) : centre labelisé pour les essais de phase de précoce – Centre d’excellence, renouvelée en 2015